Entre devenir simplement propriétaire et les autres placements, les particuliers ont fait leur choix

C’est un fait ! Depuis peu, qui dit investissement immobilier entend bien d’autres choses que de simplement devenir propriétaire. En effet, le paysage des investissements dans la pierre tend à changer de visage. Plusieurs possibilités vous sont proposées par les courtiers. Tout dépend des finalités de votre placement.

SCPI : le placement idéal pour un complément de revenu

Si vous avez envie d’optimiser votre niveau de vie via un placement dans l’immobilier, les SCPI sont les meilleures alternatives dont vous disposez. Dans ce genre d’investissement, vous aurez en moyenne un rendement de 4 % brut annuel. Ce qui vous permettra de financer d’autre projet, voire de simplement assurer l’avenir financier de votre entreprise.

Outre les revenus optimaux présentés par les SCPI, ces derniers ne coûtent pas cher. Pour vous lancer, vous n’avez besoin que de quelques centaines d’euros en fonction du nombre et du prix des quotes-parts de bien que vous souhaitez acheter.

Pour information, dans le parc immobilier des SCPI, les devantures de magasins ont le vent en poupe. Ils sont plus simples à relouer, ce qui vous assure un rendement rapide et optimal.

Les investissements locatifs : une tendance actuellement

Depuis peu, les autorités en place ne cessent de vanter les avantages des dispositifs de défiscalisation. Ce qui impacte notamment sur les tendances de placement immobilier. En effet, il semblerait qu’en France, les investissements locatifs sont de nouveau très plébiscités. Ce qui est d’ailleurs une bonne chose pour lutter contre la crise du logement qui sévit sur le territoire.

Le principe est simple : en achetant et en relouant un certain type de bien dans certaines zones de la France, vous bénéficierez d’un abattement pouvant atteindre les 30 000 euros sur 9 ans. Mais attention, il est des conditions à respecter. Par exemple, comme le titre du placement l’indique d’ailleurs, vous devez mettre en location le bien en question sur un minimum de 9 ans.

Les bénéfices que vous pouvez tirer de ce genre de placement varient aux cas par cas. 30 000 euros n’est que la moyenne. Demander un expert financier de calculer de manières plus précises vos avantages fiscaux avant de vous lancer. Cela vous évitera quelques mauvaises surprises.

De la résidence secondaire à la location saisonnière

Avoir une résidence secondaire n’est plus tendance actuellement. Cela coûte cher et bien souvent, on a du mal à entretenir le bien et la mettre en valeur. Par contre, à la place d’un patrimoine qui dort dans un coin perdu de la France, que vous risquez d’oublier au fil du temps, pourquoi ne pas faire comme les autres investisseurs : une location saisonnière ?

Non seulement cela vous permet d’avoir une petite maison pour les vacances, mais de vous constituer aussi une petite rentrée d’argent. Et pas la peine de se targuer être un professionnel de la mise en location pour ce faire. Il suffit de vous déclarer : « loueur meublé non professionnel ». Ce qui devrait aussi impacter sur les taxes que vous allez devoir payer à la contribution pour les loyers que vous percevez.

La base pour réussir un tel projet d’investissement est de choisir le bon endroit où investir. Il faut que ce soit une zone touristique. Le cas échéant, vous aurez du mal à trouver des locataires. Sachez que les biens en hauteur, ou en bord de mer avec une vue imprenable et un maximum de confort et d’espace séduisent mieux les voyageurs.

Mais comme tous les propriétaires, vous allez devoir vous lancer dans des travaux d’entretien et de rénovation annuelle du bien, ce qui peut coûter assez cher. C’est notamment ce qui rebute certains investisseurs.1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *