Les différentes formes de crédit que vous pourrez trouver dans une banque

a destination des fonds caractérise le plus souvent le type de crédit octroyé par l’organisme bancaire. Si chaque emprunt a ses propres caractéristiques de fonctionnement, la plupart répondent à des règles communes.On peut séparer les crédits en France en deux grandes catégories.

Les 2 types de crédit à la consommation

Les prêts affectés et les prêts non affectés. Pour les deuxièmes, l’objet n’est pas déterminé et l’utilisation des fonds est donc libre. C’est le cas du credit revolving, appelé aussi emprunt permanent ou bien renouvelable.

Souvent décrié, ce type de financement a vu ses règles durcies par la réforme du credit à la consommation lancée par Christine Lagarde et entrée en vigueur au 1er septembre 2010. Quoiqu’incomplète (elle sera totalement en vigueur à compter d’avril 2011), elle modifie notamment les règles d’augmentation du montant du prêt.

Alors qu’un simple avenant suffisait jusqu’à présent, l’organisme prêteur doit dorénavant éditer une nouvelle offre préalable de prêt et préciser ainsi à l’emprunteur les modifications apportées qu’engendre l’augmentation, notamment sur le coût du crédit et la durée.

Rappelons que pour bénéficier de la protection apportée par la règlementation en vigueur sur les prêts à la consommation, le montant du crédit ne doit pas dépasser 21 500 euros. Parmi les différents prêts affectés, le credit auto est un emprunt dont l’objet est le financement de sa voiture, moto ou un camping car.

Un financement pour les professionnels

D’autres formes de financement existent dont certains ne sont proposés qu’aux professionnels. C’est le cas du crédit-bail, appelé également leasing, qui permet d’acquérir des biens d’équipement ou un véhicule en payant régulièrement un loyer.
une option d’achat permet à l’emprunteur de se porter acquéreur au terme du contrat. A noter que pendant la période d’utilisation, celui-ci n’est pas propriétaire du bien.

Dans ce cas précis, l’approche est essentiellement fiscale, l’entreprise déduisant la totalité des échéances de ses bénéfices et non seulement la part liée aux intérêts comme c’est le cas dans un crédit classique.

Enfin, le credit professionnel finance l’entreprise pour des besoins ’équipement, mais aussi pour répondre à des besoins en trésorerie. Toutefois, depuis le début de la crise financière, les PME-PMI sont confrontées à d’importantes difficultés qui ne trouvent pas toujours une solution financière auprès de la banque.

Les pouvoirs publics ont tenté d’intervenir en mettant en place une cellule de médiation mais cette situation ne se semble pas s’améliorer, le médiateur de la république n’ayant que très peu d’autorité pour obliger la banque à mettre en place une solution.

Separator image Publié dans Finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *